Archives de la catégorie: Instruments de musique

Clarinettes : un instrument de musique originaire d’Égypte !

La clarinette est un aérophone qui se caractérise par la présence d’un anche battante simple et d’une perce cylindrique. L’anche simple est une languette fixée sur une rigole de plus petite dimension, sur laquelle elle vient battre et qu’elle obture périodiquement en vibrant. Originaire d’Égypte, où on la trouve dès le troisième millénaire avant notre ère, elle s’est répandu en Afrique du Nord et en Europe à partir du Moyen âge.

Clarinettes

Des clarinettes

La clarinette est rare en Asie et en Amérique du Nord, mais elle apparaît sous des aspects variés en Afrique noire et dans certaines régions d’Amérique du Sud (Amazonie). L’anche peut être directement découpée dans le tuyau de l’instrument. Dans ce cas, la clarinette est dite « idioglotte ». Elle peut aussi être rapportée et attachée par une ligature, et elle est alors dite « hétéroglotte ». Cette anche peut être directement tenue dans la bouche ou protégée par uneembouchure.

Il existe des clarinettes multiples, doubles, triples et même quadruples. La combinaison de tuyaux mélodiques et d’un bourdon est fréquente : c’est le cas de la clarinette de Sardaigne, le launeddas (triple) ou de l’Arghoul arabe (double). Les tuyaux d’une clarinette multiple peuvent être de longueurs inégales, comme ceux de la clarinette du Brésil, l’Urua, dont certains peuvent dépasser 2 m. Ils peuvent aussi se terminer par un pavillon conique en corne qui sert de diffuseur. Ce dernier type de clarinette se rencontre en particulier en Afrique du Nord.

instrument de musique Égypte : la clarinette

Tambours en terre : le ghatam

Les tambours en terre font partie des instruments de musique les plus anciens. En effet, les premiers instruments furent souvent des adaptations d’objets destinés à d’autres usages. Les tambours de terre sont à l’origine des récipients comme des cruches. Encore présents dans certaines civilisations comme en Inde ou en Afrique, ils servent d’instruments d’accompagnement. Si le mode de production du son de ces idiophones est très simple, les bons musiciens peuvent exécuter des rythmes très subtils, grâce à des techniques de jeu bien précises. Voici un exemple des tambours en terre : le ghatam.

Instrument de musique en terre : le ghatam

Facture instrumentale

Le ghatam est l’un des plus anciens instruments musicaux de l’Inde. Il est adapté à des tempos rapides. On s’en sert généralement comme instrument d’accompagnement de la grande musique vocale et instrumentale de l’Inde du Sud.

Gatam - ghatam

Gatam ou ghatam : tambour en terre

Le ghatam (gatam ou gatham)est une simple cruche en terre, évasée à col étroit. L’argile dont il est fait est cuite avec de la grenaille de bronze et de cuivre, et un peu de fer. La taille de l’instrument est variable ; à des tailles différentes correspondent des hauteurs de son différentes. La hauteur peut d’ailleurs être légèrement modifiée par une application de terre et d’eau sur l’instrument.

Mode de jeu du ghatam

Le ghatam est généralement placé entre les genoux du musicien, le col du côté de son ventre. Le percussionniste se sert de ses doigts et de ses paumes, mais aussi de ses ongles pour produire différents sons. Le gatam peut aussi se tenir le col face à l’auditoire. Certains joueurs arrivent à produire des variations rythmiques très subtiles.

Tambours en terre : le gatam

Le luth : roi des instruments de la musique arabe

Originaire du Moyen-Orient – son nom occidentalisé provient de l’arabe ‘ûd , le luth est la catégorie de cordophones la plus répandue dans le monde. Ses cordes, tendues parallèlement à un manche et à la table d’harmonie, sont disposées sur toute la longueur de l’instrument, depuis la base de la caisse de résonance jusqu’à l’extrémité du manche.

Le luth : Anouar Brahem artiste tunisien

Le luth – Anouar Brahem artiste tunisien

Il existe de très nombreuses variétés de luths, différents par leur forme et par leur taille: on distingue deux grandes catégories de luths :

  • les luths à manche court : leur manche est plus petit que la caisse de résonance ;
  • les luths à manche long : leur manche est plus grand que la caisse de résonance.
  • La caisse de résonance peut être :
  • hémisphérique (setar iranien) ;
  • piriforme,  » en forme de poire  » (p’ip’a chinois) ;
  • circulaire,  » en forme de lune  » (yueh-k’in chinois) ;
  • carrée (shamisen japonais) ;
  • triangulaire (balalaïka russe) ;
  • trapézoïdale (dàn day vietnamien).

Le manche possède le plus souvent une touche, avec ou sans frettes. Le luth a parfois plusieurs systèmes de cordes : à côté des cordes principales, il peut exister des cordes  » sympathiques « , qui vibrent par résonance lorsque l’on pince les cordes principales, et des cordes jouées  » à vide  » (sans modification de hauteur et qui émettent donc toujours le même son) que l’on appelle  » bourdons  » ; on les trouve, par exemple, sur le sitàr indien.

instrument de la musique arabe : le luth