Le gong

idiophone

Un gong

Le gong est un idiophone. Il est probablement originaire d’Asie du Sud-Est ou du sud de la Chine où on le trouve dès le VIe siècle avant notre ère.

Dans cette partie du monde, les hommes ont exploité le métal, le bronze en particulier, depuis la plus haute Antiquité. C’est également en Asie du Sud-Est que se trouvent de riches orchestres, comme le gamelan de Java ou de Bali, ou encore le piphat de Thaïlande, qui témoignent d’une conscience aiguë de la couleur instrumentale.

Le gong se présente sous la forme d’un disque métallique, à rebord courbé vers l’intérieur et dont le centre est souvent muni d’un bulbe. Sa dimension varie d’une dizaine de centimètres à plus d’un mètre de diamètre. Cet instrument musical est disponible en bronze ou fait d’un alliage dans lequel prédomine le bronze. Sa fabrication est l’objet de secrets jalousement gardés par les forgerons.

Le gong est frappé à l’aide d’une mailloche. Le mode de jeu diffère cependant suivant la disposition du gong. Il peut être suspendu. Ce type de gong se trouve un peu partout en Asie : gong de l’ensemble japonais gagaku, gong ageng javanais, gong des Dayak de Bornéo. Il peut être tenu en main : gong khar-nga du Tibet, en usage dans les monastères, gong dora japonais ; il peut être posé horizontalement sur un cadre en bois ou sur des cordes tendues : kong thom khmer, kenong et bonang javanais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *